Lettre ouverte à Jean Mallot, sérieux candidat à la Présidence de la République.

Monsieur le Député Jean Mallot,

Votre candidature à la présidence de la République, pourtant soutenue par plus d’une centaine de députés, peine à obtenir la visibilité qu’elle parait mériter. Dire que vous avez un problème de communication est un prototype d’euphémisme … Rien d’alarmant, je vais me faire un plaisir, autant qu’un devoir, de prendre les choses en main (un petit ministère « Communication et Culture » à la clé devrait faire l’affaire) !

Gardons un instant votre sérieux : pensez-vous réellement pouvoir revenir sur tout ce qui n’a pas marché ? Et jusqu’où pensez vous remonter ? Après que Giscard en 73 eut permis aux financiers de mettre le pied dans l’encoignure de la porte*, les socialistes se sont bien vite empressés d’oublier Jaurès, et Bérégovoy privatisait déjà de bon cœur. Je ne dis pas que tout soit à jeter dans le capitalisme, mais son inventeur Ford lui même en avait posé les limites en expliquant qu’un patron ne devrait pas prendre plus de dix fois le salaire de son employé de base, et quand bien même ce ratio peut paraître aujourd’hui obsolète, l’idée derrière est qu’il faudrait à minima pouvoir légiférer sur ce point. Parce qu’un PDG qui part en empochant l’équivalent de 25 vies entières de labeur, pour retraite chapeau de quelques années de (pas nécessairement) bons et loyaux services, outre l’aspect révoltant que ça présente, ça grève forcément aussi un peu l’emploi. Votre candidature est porteuse d’un espoir que vous ne me semblez pas à même d’assumer : où allez-vous trouver la force financière et spirituelle de lutter contre les méthodes de corruption et d’intimidation des lobbies de l’argent ? Vous ne pouvez pourtant pas ignorer que le temps n’est plus aux compromis : l’alliance devra se faire à gauche sur un programme clair et audible, toutes qualités qui semblent cruellement manquer à celui du PS.

Alors oui, votre candidature est séduisante, tout d’abord parce que vous êtes un outsider, et que nos compatriotes ont tendance à aimer ça, et ensuite parce que vous avez un humour sérieusement décalé tout à fait à même de faire traînée de poudre sur le net. Mais cela étant, si le PS vous apporte la crédibilité de sa structure, vous ne pourrez pas vous dédouaner des vrais engagements que la République et la démocratie (aux sens étymologiques des termes) réclament : annulation de la dette, scission des banques de dépôts et des banques d’affaires, réelle indépendance des agences de notation, re-nationalisation des services publics vitaux (eau, énergies, infrastructures vitales au fonctionnement du pays), annulation des lois iniques telles que la Loppsi II … Bref, tout un arsenal qui ne manquera pas de vous mettre les puissants à dos. Mais c’est soit ça, soit commencer votre mandat sous un régime fiscal dont le premier poste sera consacré au remboursement de la dette (c’est déjà le cas pour le budget 2011), dont chacun sait qu’il vise à gaver des oies déjà bien trop grasses, qui ne produisent rien et ne réinvestissent pas davantage (sans parler de l’évasion fiscale).
En gros, vous allez devoir vous trouver une bonne grosse dose de testostérone, car contrairement à ce que l’on entend hélas trop souvent, je reste convaincu que le pouvoir politique existe vraiment, et que seul manque le courage de s’en servir. Aurez-vous ce courage, Monsieur Mallot ? Avez-vous lu Jacques Généreux ? Seriez-vous prêt à lui confier Bercy ? Si vous répondez oui à ces trois questions, vous aurez ma voix, et le mégaphone qui va avec. Dans le cas contraire, je vous le dis sans détour, autant voter pour la baudruche la plus gonflée à gauche, si vous voyez de qui je veux parler. A son crédit, et quand bien même je réprouve d’autant le procédé que je le pense brillant, il a au moins compris qu’il fallait lutter à armes (populistes) égales avec monsieur talonnettes.

Bien à vous, Monsieur le Député.

R. SPENALE

* A propos de cette loi « Giscard-Pompidou-Rotschild », il faut tout de même savoir que l’intégralité de l’éventail politique Français, de Besancenot à jmlp en passant par l’UMP et le PS, s’est dit prêt à l’abroger. Il ne s’en est par contre pas trouvé un seul pour dire que dans l’état actuel des choses, cela reviendrait à pisser dans un violon dans la mesure où le principe même de cette loi (qui vise à interdire à l’état de créer l’argent nécessaire à son fonctionnement) a été entériné au niveau supra-national par le traité de Maastricht. De même qu’il y a une omerta totale sur les personnalités et les parcours de ces hauts fonctionnaires (non-élus) européens. Monsieur Mallot, la vérité, c’est que la copropriété se barre en sucette et que le syndic a déjà la main sur le magot, alors que tous les proprios sont en vacance intellectuelle, à un point tel qu’ils ne sentent même plus la liberté leur échapper.

EDIT 21/02/11 : Mallot se paie Fillon

Très bien, bravo et merci, on voit que le métier rentre ! Mais bon, un haro sur Fillon, quand bien même c’est jubilatoire et, dans le cas présent, salutaire de tirer sur l’ambulance … ça reste malgré tout très « petit bout de la lorgnette ». La politique française est aujourd’hui vidée de son sens, dans la mesure où les décisions qui concernent effectivement nos vies à tous se prennent maintenant au niveau européen. Elle n’est déjà guère plus qu’un show dans lequel les médias s’activent à focaliser l’attention sur de grossiers contre-feux, et là, oui, « j’ai envie de vous dire, pas vous, pas ça … » (Au passage, quelle tache ce Baroin ! La droite « au pouvoir » et la gauche « aux affaires »… enfin).
Mais parlez-nous donc plutôt de l’Europe, Monsieur Mallot. Et dites-nous s’il vous plaît qui sont vraiment ces hauts fonctionnaires qui tiennent la dragée haute aux gouvernements et décident pour leurs ministres. Au passage, rassurez-nous aussi sur le fait que vous êtes plus attaché au Gaullisme qu’à l’atlantisme, et donnez nous enfin un espoir concret. Ne comprenez-vous pas que la France est en train de perdre la guerre de la démocratie ? Vous voulez être Président et changer le cours des choses ? Alors informez-vous, informez-nous, et engagez-vous ! Parce que DSK, il est à peu près autant socialiste qu’un Kouchner en train de virer Richard Labeviere. Y’en a un peu ras le bol des aveugles, surtout quand la vérité saute aux yeux comme un coup de pied au cul.
Honnêtement, au point où vous en êtes, je pense que vous avez déjà du être approché, et que vous comprenez de quoi je parle. Et au pire, dites le moi en privé, je m’en satisferai. Mais en tout état de cause, je me refuserai à promouvoir un candidat qui n’ouvre pas les yeux, aussi plein de bonne volonté et de charisme soit-il. On n’a plus vraiment le temps de roupiller, maintenant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s