Albanel, Ministre de l’aculture

christine-albanelUn grand merci à Numérama pour la création de ce groupe citoyen sur Facebook. Même si, on peut s’en douter, l’adhésion du plus grand nombre n’entérinera pour autant pas la démarche, il n’en reste pas moins le plaisir d’adhérer à une noble cause : l’ouverture d’une enquête parlementaire contre Christine Albanel, suspectée de manque d’indépendance sur le dossier « Internet et création ». Pour le rappel des faits, voyez cette petite vidéo pédagogique.

Sur le fond du problème, il faudrait commencer par considérer l’évolution des copyrights, dont la durée est passée de 30 à plus de 100 ans au cours des dernières décennies. Comprendre aussi que Disney n’aurait jamais pu voir le jour aujourd’hui, son premier film à succès étant un gros pompage de Buster Keaton. Savoir que Hollywood même s’est montée sur ce principe pirate, la 20th Century Fox étant née d’un déménagement forcé sur la côte ouest, hors de portée des embrouilles judiciaires qu’elle avait avec l’inventeur du cinématographe Thomas Edison. Réaliser que l’avènement de la radio s’est lui aussi fait sur le dos de la création. Côté musique, je me contenterai de citer la Jamaïque où, à de très rares exceptions près, la musique est libre de droits. Et, pour autant que je sache, ça n’a pas empêché cette minuscule île d’inonder la planète entière de sa culture musicale. Voilà pour l’essentiel à apporter au crédit de la culture libre, à ne pas confondre avec culture gratuite. (Voyez pour cela les principes fondateurs de l’art libre et prenez connaissance des licences Creative Commons.)

Mais revenons-en à Christine Albanel, notre actuelle Ministre de la Culture, celle qui a déclaré se coucher tous les soirs à 21 heures et ne pas vouloir sacrifier sa vie familiale pour aller courir les festivals. Mardi dernier au cours de son audition par la Commission des Lois et des Affaires Culturelles quant à sa proposition de loi, elle n’a point manqué d’air en prétendant que le retrait des DRM (Digital Rights Management) était « un effort réalisé par anticipation du vote de la riposte graduée », alors que les maisons de disques ont simplement fini par réaliser que ces DRM freinaient les ventes d’albums … Elle a ensuite, sans la moindre vergogne, osé comparer la CNIL, le Conseil Constitutionnel, quelques 40.000 signataires de la pétition contre sa « riposte graduée », le Parlement européen, la Commission européenne, et j’en passe … à un « groupuscule d’agitateurs ». Fort heureusement, tout le monde ne dort pas et elle s’est tout de même vue poussée dans ses derniers retranchements par quelques députés qui avaient visiblement mieux préparé le sujet qu’elle. Ses arguments ont été patiemment démontés les uns derrière les autres, que ce soit en termes d’applicabilité, d’efficacité ou, plus grave, de constitutionnalité. Le projet de loi piétine en effet la présomption d’innocence, et condamnera pourtant à coup sur des innocents : il existe de nombreux softs permettant de hacker la borne wifi de son voisin. Peut-on dès lors avoir une certitude sur l’identité de l’utilisateur in fine de la bande passante ? Ajoutez à cela le fait que l’innocent ne pourra porter réclamation qu’une fois la coupure des services effective, et qu’il lui faudra en plus quand même continuer à payer son FAI, et là, ça sent quand même un peu la triple peine !

« Je n’ai pas été élu pour laisser voler au supermarché » avait déclaré Sarkozy à propos des téléchargements illicites. Pour un avocat, le raccourci est un brin présomptueux : le vol, c’est l’appropriation frauduleuse de la chose d’autrui, ce qui ne saurait être le cas lors d’une copie illégale d’un film où l’on ne peut constater la moindre dépossession, contrairement à un vol de DVD au supermarché. Le piratage n’a rien à voir avec le vol : c’est une contrefaçon, et elle est déjà plus lourdement punie par la loi que le vol. Maître Eolas l’explique fort bien dans sa réponse à la tribune de Luc Besson dans « Le Monde ». Le p’tit gros y explique qu’on vole pas moins de 500.000 films par jour en France. Outre la définition erronée du vol, il confond le nombre de connexions avec le nombre de téléchargements. De surcroît, sur tous ces films téléchargés, combien sont déjà passés à la télé ? Les DVD recorders sont bien en vente libre, non ? On nous refait le coup à chaque fois qu’un nouveau support voit le jour et on paye déjà une taxe sur les hard drives pour ça.

pirateA l’heure où, en Suède, The Pirate Bay voit la moitié des charges abandonnées dans son procès qui semble vouloir virer au politique, et où la Hollande publie un rapport sur les effets positifs du piratage, notamment en termes de promotion et de notoriété, la France s’apprête à voter une loi liberticide qui n’a d’autre objet que de satisfaire les majors, dont chacun a pu constater la déconfiture induite par le piratage. A titre d’exemple, le dernier film produit par Europa Corp (la prod° de Besson) est à la fois le plus gros carton du box office et le plus piraté du moment. Clairement, le lien de cause à effet ne peut pas être établi. Pas plus qu’on ne peut avoir la moindre certitude que le téléchargeur brimé ira se consoler en achetant.
Enfin, que penser du comportement de la Warner Bros qui a fait retirer de YouTube les lipdubs, ce nouveau genre d’expression artistique très populaire (et nettement plus clément pour les oreilles que le karaoké) … Si on veut vraiment qu’elle fleurisse, il faudrait commencer par libérer la culture, car les hégémonies culturelles ne poussent bien qu’en territoire pirate. Et sans perdre de temps si on veut pouvoir rester dans la partie. C’est du moins ce que je serais enclin à attendre du pays des lumières.

Mais le véritable enjeu, c’est la neutralité du net, que l’on tente à tout prix d’éradiquer. La loi de confiance dans l’économie numérique (LCEN) qui stipule que l’hébergeur n’est pas responsable des contenus qu’il héberge tant qu’on ne les a pas portés à sa connaissance, est un des piliers fondateurs de l’Internet qu’il est indispensable de préserver. Or, cette nouvelle loi s’inscrit dans une logique d’accroissement du contrôle et de centralisation des contenus. Mme Albanel a même été jusqu’à proposer que les wifi publics ne permettent l’accès qu’à une « liste blanche » de sites.
tsarko_vs_charklo1« J’ai demandé que la loi Création et Internet soit définitivement votée en mars prochain, et je suis certain qu’elle aura un effet très positif sur les comportements ». Désolé, mais moi, quand Sarko dit ça, j’ai la trouille. Y’a plus qu’à couper la couleur sur l’écran et en avant le Minitel 2.0 ! Et alors le pompon, le comble de la démagogie rampante du gouvernement, c’est quand il ose justifier cette main-mise sur les contenus par l’existence de sites pédophiles. Le summum du prétexte consensuel ! Le problème, c’est qu’en 10 ans d’Internet, et à raison de plusieurs heures par jour sans le moindre contrôle parental, je ne suis jamais tombé sur un seul de ces sites. Et aussi que leur existence est un des rares moyens pour les enquêteurs des moeurs d’arriver à démanteler les réseaux. Autant se tirer une balle dans le pied. Non, encore une fois, c’est juste de la com’ sauce Sarko : on enfonce bien dans le crâne des gens que le web est un immense cloaque blindé de déviants sexuels et de pirates terroristes (Ooops, j’ai dit terroriste ?) pour leur appliquer sans douleur le régime d’exception jusqu’alors réservé aux dits terroristes.

Enfin … Pour conclure sur une note plus joviale, moquons-nous et rions un peu, avec ce tout premier site en odorama (si, si, vous allez voir, ça sent vraiment le moisi), gracieusement imposé proposé par la grande tenancière de Versailles, notre Ministre de l’aculture, la fière chevalière Christine Albanel.

à lire aussi : Les enjeux de l’information

Sources :
La Quadrature du Net
Numérama

EDIT:
Comme on pouvait s’y attendre, cette loi a finalement été votée, contre l’avis de la comission européenne, contre l’avis de la CNIL, contre l’avis du conseil constitutionnel, et contre l’avis de pratiquement tous les acteurs du web français, par un hémicycle déserté, comme il se doit lorsqu’on veut passer en force.
La résistance commence donc à s’organiser autour de plusieurs axes :
1) Continuez à télécharger, ne serait-ce que jusqu’à la première injonction … Ca occupera les doigts des fonctionnaires, c’est déjà ça de pris.
2) Apprenez à hacker une borne wifi, c’est un peu geek, mais pas insurmontable ! Plus il y aura d’innocents condamnés, moins cette loi sera crédible.
3) Restez en noir ! La préconisation de la Quadrature est plus que jamais d’actualité !
4) Boycottez les 52 crétins qui n’ont rien compris aux enjeux liberticides de cette loi ! Vu la liste, (et mis à part à part Arthur H, à qui je vais de ce pas demander de changer d’optique) ça devrait pas manquer à votre culture !
5) Signez la pétition de SVM ou celle du Réseau des Pirates
6) N’hésitez pas à pourrir votre député de ne pas avoir fait son boulot, pour lequel vous l’avez mandaté …
7) Enfin, vous pouvez aussi faire confiance aux hackers pour semer la panique, il semblerait d’ailleurs que quelque chose se prépare.

Publicités

12 réflexions au sujet de « Albanel, Ministre de l’aculture »

  1. Bon résumé de la situation, on est vraiment dans une époque de vulgarisation des problèmes à des fins électorales/personnelles qui respecte le schéma un problème = une cause à éradiquer, par tous les moyens, y compris les plus malhonnêtes, assaisonnés d’arguments qui ne tiennent tellement pas la route qu’on doute de l’intérêt d’y répondre tant les ficelles sont grosses.
    Et pourtant…
    Super article, bonne continuation goops

  2. La répression du piratage vise à protéger les éditeurs de musique et derrière eux les artistes afin de minimiser l’évaporation de leurs droits d’auteurs. Il ne s’agit ici que du piratage électronique à l’exclusion des millions de copies de CD ou DVD ddont les pays asiatiques inondent le monde…Enfin, ça devient un très gros problème qui coûte à l’Etat français bien plus que les 30 millions d’euros par an que sont censées coûter les mesures, bonnes ou mauvaises, envisagées.
    Il est certain qu’il faut faire quelque chose.
    Qu’en pensent les artistes ?
    Quelles sont les contre propositions valables, car la critique est aisée, mais l’art est difficile?
    Il est hors de question que les éditeurs de musique se fassent justice eux-mêmes.Tout au plus doivent-ils pouvoir se porter partie civile en fournissant des dossiers irréfutables transmis à une juridiction qui, à l’instar de celles qui jugent les infractions routières, appliquerait les peines assorties, les justiciables pouvant soit se présenter à l’audience, soit se faire représenter, soit les deux.
    Le recueil des données privées ne concerne-t-il que les présumés pirates ou tout le monde ?
    Car si certains parviendront, comme toujours,à contourner un quelconque système de protection, l’important, pour moi, est que ce système fonctionne pour la plupart.

    Pour passer de ce sujet particulier à ton blog, je t’avouerai que je n’en apprécie que moyennement le ton systématiquement critique à l’encontre de tout ce que produit le gouvernement en place.
    Quant à grimer Sarko en Hitler, je trouve ça non seulement ridicule, car il est bien connu que tout ce qui est exagéré est insignifiant, mais désolant et irresponsable quand on sait, comme toi, l’abîme qui sépare les deux en termes de malfaisance.
    Peut-être cela alimente-t-il à bon compte, chez des générations ignorantes de l’histoire,une haine dont ce monde se passerait bien. Ce n’en est que plus irresponsable et malhonnète.

    • @ Onc’ Charlie :
      « Il est hors de question que les éditeurs de musique se fassent justice eux-mêmes.Tout au plus doivent-ils pouvoir se porter partie civile en fournissant des dossiers irréfutables transmis à une juridiction qui, à l’instar de celles qui jugent les infractions routières, appliquerait les peines assorties, les justiciables pouvant soit se présenter à l’audience, soit se faire représenter, soit les deux. »
      Voilà qui est fort bien dit, et qui justifie pleinement le ton volontairement provocateur de l’article (je sais à qui je le dis ;)). Quant à grimer Sarko en adolf, c’est certainement un comportement très puéril, je te l’accorde, mais en même temps, ce teint gris lui va si bien …

  3. Article remarquable de concision et d’intelligence. La qualité de l’argumentation, et le style, en font un plaisir de lecture qui entraînent une adhésion réelle et sans réserve de ma part.
    Bravo M.Goupil.

  4. Sarko en Adolph Hitler… ça ne se justifie pas ! Faut pas tout confondre et la diabolisation touche là à ces limites.

    Je trouve ça ridicule. Pour ne pas dire plus !

    Denis.

    • @ Denis :
      C’est vrai que j’ai poussé le bouchon un peu loin avec cette caricature grossière. En fait, notre omni-président providentiel se proclamant président du pouvoir d’achat, vantant son état irréprochable, s’entourant d’une cour de lèche-bottes, misant tout sur la com’ en évacuant les problèmes les uns à la suite des autres (sans les solutionner comme à Gandrange ou à Calais), combiné avec la paranoïa ambiante et le flicage systématique (700 flics pour 30 manifestants), la stigmatisation de l’ennemi intérieur (grévistes, chômeurs, fonctionnaires …), la mise au pli de la presse (Bouygues, Bolloré, Lagardère …), le remaniement de l’audiovisuel (internet compris), l’ambition de tout contrôler en dévalorisant l’action de ses ministres … tout ça ferait effectivement plutôt penser aux méthodes soviétiques. Mais comme chacun sait, l’éventail politique est circulaire et non linéaire, et d’un extrême à l’autre il n’y a donc qu’un pas que je m’empresse de franchir en modifiant un peu cette illustration …

  5. Goops, tu es d’une patience et d’une pédagogie…
    Au moins ta version toshop a le mérite de faire sourire là où l’original fout vraiment la trouille.

  6. Ils emmerdent avec leur loi:
    Si un maçon, par exemple, était rémunéré de la même façon, il serait plein aux as. Malheureusement, pour faire deux maisons, il faut travailler deux fois plus; pour en faire dix, il faut travailler dix fois plus…

  7. Ping : HADOPI votée … je reste en noir ! « Le blog de Goupil

  8. Ping : Lettre ouverte à Catherine Lemorton, Députée de la Haute Garonne « Le blog de Goupil

  9. Ping : Hadopi ? Une Loi pour rien. - Photos de concerts, Shots Hervé LE GALL Photographe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s